samedi 26 novembre 2016

Ignorants comme la grenouille du puits ?

Enfermés dans la cage sombre et exiguë que nous nous sommes fabriquée et que nous prenons pour la totalité de l'univers, rares sont ceux d'entre nous qui peuvent seulement imaginer qu'il existe une autre dimension de l'esprit.

Patrul Rinpoché raconte l'histoire d'une vieille grenouille qui avait passé sa vie entière dans un puits humide et froid. Un jour, une grenouille qui venait de la mer lui rendit visite. 

« D'où viens-tu ? demanda la grenouille du puits.
- Du grand océan, répondit la grenouille de la mer.
- Il est grand comment, ton océan ?
- Il est gigantesque.
- Tu veux dire à peu près le quart de mon puits ?
- Plus grand.
- Plus grand ? Tu veux dire la moitié ?
- Non, encore plus grand.
- Est-il... aussi grand que ce puits ?
- C'est sans comparaison.
- C'est impossible ! Il faut que je voie ça de mes propres yeux ! » 

Elles se mirent toutes deux en route. Quand la grenouille du puits vit l'océan, ce fut un tel choc que sa tête éclata. 

 Pour aller plus loin :
Cf. chapitre 4, page 96 
Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort,
Nouvelle édition augmentée, Le Livre de Poche

Invitation à la contemplation

À quoi Sogyal Rinpoché compare-t-il notre vraie nature et la confusion de notre esprit ordinaire ? 

Pour mémo :

Patrul Rinpoché raconte l'histoire d'une vieille grenouille qui avait passé sa vie entière dans un puits humide et froid. Un jour, une grenouille qui venait de la mer lui rendit visite. « D'où viens-tu ? demanda la grenouille du puits.
- Du grand océan, répondit la grenouille de la mer.
- Il est grand comment, ton océan ?
- Il est gigantesque.
- Tu veux dire à peu près le quart de mon puits ?
- Plus grand.
- Plus grand ? Tu veux dire la moitié ?
- Non, encore plus grand.
- Est-il... aussi grand que ce puits ?
- C'est sans comparaison.
- C'est impossible ! Il faut que je voie ça de mes propres yeux ! » Elles se mirent toutes deux en route. Quand la grenouille du puits vit l'océan, ce fut un tel choc que sa tête éclata.

Aucun commentaire: