lundi 28 novembre 2016

Bon temps d'Avent 2016 sur la Route

Le prophète Isaïe sait que le Seigneur Dieu est créateur de tous les biens de la terre. Le Seigneur prend soin de celui qui cultive la terre*, et ses récoltes sont un don de Dieu. Mais pour autant, l’agriculteur et le jardinier ne restent pas les bras croisés à attendre passivement que ça pousse.

Les mauvaises herbes et les ronces arrivent toutes seules.

Reconnaître que tout est don n’est pas une attitude passive, c’est au contraire entrer dans la logique du don et devenir soi-même donateur.

Notre dignité, c’est de nous accorder à cette perspective.

La foi transforme toutes les réalités matérielles en biens porteurs de symboles. Dans le royaume des Cieux, sur la terre comme au ciel, le ministre de l’Économie des biens symboliques stimule ses administrés en leur disant que plus on partage les biens symboliques, plus il y en a : leur distribution les multiplie. La puissance de vie du Créateur fait germer la vie qui s’offre en partage.

C’est la foi qui fait vivre, foi au Créateur et non pas foi au blé, aux carottes, au pétrole, aux ordinateurs. Ce ne sont pas les choses données, mais le geste du don qui nous fait vivre, parce que le don transforme une chose matérielle en cette même chose devenue vivifiante.

Nous sommes sans cesse tirés vers le péché qui nous fait prédateurs avides alors que la foi nous transforme en donateurs prodigues. Les réalités matérielles, physiques, techniques, financières, économiques, nous tirent vers l’inerte et vers la mort, mais lorsqu’elles sont reconnues par la foi comme étant données, elles nous poussent dans la vie. On donne sa vie pour ceux qu’on aime en partageant des choses concrètes avec eux.

--------
* Livre d’Isaïe, chapitre 4, verset 6.
--------

« L'action consiste à être véritablement attentif à vos pensées, bonnes ou mauvaises, à examiner la nature véritable de toute pensée qui s'élève, sans remonter au passé ni solliciter le futur, sans vous permettre de vous attacher aux expériences de joie ni d'être abattu par les situations tristes. Par là même, vous essayez d'atteindre l'état de grand équilibre et d'y demeurer ; là, bien et mal, paix et détresse, sont dénués d'identité véritable.» 

DUDJOM RINPOCHÉ.

 Pour aller plus loin :
Cf. chapitre 10, page 309 
Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort,
Nouvelle édition augmentée, Le Livre de Poche

Invitation à la contemplation

Quels sont les cinq pouvoirs ou « sagesses » du miroir représentant la nature de l'esprit ? 

Pour mémo :

« L'action consiste à être véritablement attentif à vos pensées, bonnes ou mauvaises, à examiner la nature véritable de toute pensée qui s'élève, sans remonter au passé ni solliciter le futur, sans vous permettre de vous attacher aux expériences de joie ni d'être abattu par les situations tristes. Par là même, vous essayez d'atteindre l'état de grand équilibre et d'y demeurer ; là, bien et mal, paix et détresse, sont dénués d'identité véritable. »

Aucun commentaire: