vendredi 26 juin 2015

Encore en préparation, la route a déjà commencé !

Oui, même si le temps du départ n'est pas encore validé, consacré, béni, célébré tel un départ de pèlerinage, je suis sur la route depuis bien longtemps.

Faut-il que j'aille en confession avant ce départ ?
Ceci, question d'en vérifier la motivation voire le but, qui ne peut être qu'un a priori une spéculation, car seul le chemin pourra m'en révéler les vérités relatives voire l'ultime.

Ma route a donc commencée, depuis que je suis en retraite chez soi, officiellement avec mon maître terrestre Dzogchen principal depuis 1996.

Car, je me suis entendu dire en confessionnal, voulant rejoindre des Carmélites ou des Trapistes, que ma foi n'était "pas catholique et encore moins romaine".

Et me suis alors retenue, par crainte de succomber au démon de jubilation, de répondre "non mon père ma foi est divine mais vous ne connaissez qu'une foi ordonnée".

Dieu nous donne une foi libre et non sectaire, mais le pouvoir terrestre qui veut s'en réclamer à défaut de l'être, nous en exclue.

Ainsi, perdue et exclue par un tel dictact humain autorisé, alors pérégrinant de fait à Paris dans une petite église près des invalides, j'ai rencontré et demandé à Sainte Thérèse, puis prié sa quinzaine, qui m'a exaucée.

Et c'est ainsi que j'ai rencontré, d'un groupe de prières à l'autre, déjà un cheminement ! De Chemins de Croix en trentaines de Rosaires, de sympathies en rencontres, sans pour autant, alors, envisager de pèlerinage, j'ai rencontré mon maitre du Dzogchen principal et tous les autres qui me guident depuis.

Voilà, il n'était pas écrit que je face une route ignacienne, mais quand j'en consulte les exercices, ils sont similaires, en didactique et profondeur, à la pratique de la voie indo-tibétaine qui est la mienne, avec un maître tibetain détenteur de toutes les lignées indo-tibetaines anciennes, que l'exil a fait aussi cathécumène, tel Maître telle Disciple !

La discipline c'est pour l'heure mon chemin, et la sclérose en plaque fait que j'ai tout intérêt à pratiquer la méditation marchée, la méditation en action, plutôt que l'assise yogique zen immobile qui est la porte assurée pour moi au corps d'Arc en ciel.

Auquel, si c'est absolument tentant, je dois pour l'instant renoncer car une mission de fait s'impose : aider mes congénères sepiennes et sepiens  à restaurer leur autonomie, moi qui l'ai encore relativement intacte, si elle n'était entravée par le travail et les besoins économiques de survie en ce monde.

Voici quelques images de ma route d'entraînement actuelle et toute nouvelle :

Deux heures de marche non stop à 3km/h en moyenne, les week-end comme entraînement à l'effort, et deux soir par semaine 25mn sur un tapis roulant de Kiné, c'est une nouvelle discipline qui intègre le corps et en particulier les pieds qu'il faut bichonner !

J'ai donc commencé avec crèmes et nouvelles semelles de marche, à roder dès que j'aurai pris en retard mon traitement de fond ce matin avec mon petit déjeuner.